Coller la tête 1.7

  L’étape du jour est de coller la tête précédemment découpée et mise en épaisseur. Rien de bien sorcier à première vue, mais l’angle de 13° ne va certainement pas m’aider avec les serre-joints.

  J’ai eu une petite idée; vu que mon manche fait ~4.5cm au sillet et que la planche fait pas loin de 10cm, j’ai de la marge de chaque côté pour faire 2 ou 4 trous et y introduire des guides. De cette façon je pourrai serrer comme un fou sans risquer que la tête ne bouge au collage..
  Mais d’abord je fais un montage à froid, avec tous les serre-joints et pinces. Rien ne bouge, c’est stable, précis et solide.

  Je décide contre ma logique de ne pas percer de guides et me prépare à coller.

  Je démonte ce que je viens de faire en laissant les serre-joints à proximité et avec la bonne ouverture pour me faciliter la vie.
  Je dépoussière une dernière fois les 2 surfaces et j’enduis généreusement de colle à bois.. Et je commence à appliquer les presses..

So far so good..

  Ne pas avoir de guides pour stabiliser est donc une erreur. La pièce s’est mise à bouger vers le bas de la pointe (logique). Sans la colle, le coefficient de frottement du bois contre bois est largement suffisante pour qu’on y applique de la pression, même élevée. Une fois que la colle lubrifie la surface on peut oublier.
  Après quelques minutes de solitude, j’ai finalement réussi à stabiliser tout ça et à serrer correctement le joint à coller. Mais pour la prochaine, l’idée de départ avec des tiges de maintient sera appliquée!

</Moment de solitude>

  Je laisse les presses pendant 24 heures. Ensuite je laisse juste 2 pinces pour la bonne conscience jusqu’à ce que j’ai le temps de m’en occuper à nouveau..
  Encore 24heures plus tard, je passe la partie collée au racloir pour enlever la colle qui a coulé. Et comme d’hab’, je passe toutes les surfaces au rabot.

Avant et..
..après le nettoyage et ajustage

  Même si le collage s’est bien passé, il y a un léger décalage (heureusement parallèle) de la tête par rapport au manche. Je récupère ça en rabotant les 4 faces jusqu’à ce qu’elles soient parallèles, perpendiculaires et péremptoires.. Et la pièce est prête pour l’étape suivante : Le fraisage du canal du truss-rod.

Initialement publié le 20.07.2008

Laisser un commentaire

*

code