Premier Essai 0.1

  Avant de me lancer dans la réalisation de mon premier vrai projet, j’ai pensé qu’il serait judicieux de voir si j’étais capable de démonter une gratte pourrie et de la refaire en moins pourri.
  J’ai donc acheté une copie de Stratocaster. Un truc tout moisi qui s’est avéré être en multi-laminé (un peu comme mon amélioration de perceuse à colonne, quoi). Bref, elle ne m’a quasiment rien coûté, et j’ai pu me défouler dessus alors on ne va pas se plaindre.

  J’ai d’abord tout démonté, pour voir ce qui était récupérable. Je n’ai finalement gardé que le corps, le manche et le chevalet. Le reste était d’origine, ce qui n’est pas un compliment pour une guitare bas de gamme de plus de 10 ans.

..les potentiomètres qui croustillent..

  En farfouillant sur eBay, je suis tombé sur des pièces d’accastillage vraiment pas cher. Idéal pour ce genre de projet, même si c’est quand-même dommage d’avoir des pièces d’origine Fender USA là dessus. J’ai donc commandé un nouveau pickguard, une prise jack, des potentiomètres qui ne grattent pas, un sélecteur et de nouveaux boutons. (le tout pour 30 balles, je crois)

Une guitare Cuisine IKEA recyclé..

  J’ai commencé par poncer le corps et le manche et je me suis rendu compte que la forme ne correspondait pas vraiment à une jolie Strat’. Du coup j’en ai profité pour la retravailler un peu avant d’attaquer la première sous-couche. Cette dernière se devait d’être costaud, pour pas que la peinture « disparaisse » dans les pores du laminé.
  Ensuite elle a eu droit à une sous couche grise pour uniformiser le tout.. C’est aussi à peu près à ce moment là que, en me balladant sur eBay j’ai acquis un corps d’American Deluxe Stratocaster, édition Anniversaire 2006. Mais ce sera le sujet d’un article ultérieur.

  Avant de tout poncer, j’avais quand-même fait une simulation pour avoir une idée de comment j’allais la peindre: Noire avec une ligne orange. Puis 3 lignes, puis 2, puis une épaisse&une fine, etc… jusqu’au dessin final. Tout ça pour dire que j’allai devoir sprayer du orange, une couleur bien claire comme on aime et surtout non couvrante. En faisant un essai sur un bout de bois sous-couché en gris, mes craintes se sont avérées fondées. Le orange est terne quand il est appliqué sur du gris.
  Retour à la case sous-couche, mais en blanc cette fois. Ensuite j’applique quelques couches fines de orange, je masque les lignes quand c’est bien sec et j’envoie le noir.

Orange, avec le masquage des lignes

  Là ça peut devenir coton : Il faut en effet enlever la bande de masquage quand le noir a commencé à sécher pour pas qu’il ne coule, mais avant qu’il n’ait durci pour pas que ça craque.

Avant et après le retrait du masquage

  Il ne reste plus qu’à appliquer du vernis transparent, en ponçant régulièrement pour combler la différence de niveau entre les lignes oranges et le noir, bien plus épais.

  Plus ou moins en parallèle, j’ai changé la forme de la tête du manche. J’étais pas sur de ce que je voulais, alors j’ai pris un stylo et j’ai dessiné direct sur la tête. Une fois scié et poncé, j’étais content du résultat (ouf). S’il y a une prochaine fois, je ferai quand-même un plan avant.
  Ensuite c’est assez basique; Fondur, poncer pour que ce soit homogène, vernis en spray, application des logos (pour la frime) et re-vernis. Là encore, il faut suffisamment de vernis pour faire disparaître la différence de niveau avec le logo.

  Je vous fais grâce du ponçage, de 800 à 2’000, puis différentes pâtes à polir, pour arriver au résultat final dont je suis assez satisfait. Le fait de poncer avec du 800 enlève toutes ces aspérités qu’on obtient avec du spray en bombe. Ensuite les grains de plus en plus fin permettent d’éliminer progressivement les rayures faites par le papier de verre. Evidemment, c’est du ponçage à l’eau, donc on en met bien partout.

  J’ai longuement hésité à équiper cette guitare, mais je me suis dit que ça ne me ferait pas de mal de me refaire un peu de soudure, vu que j’avais peut-être perdu la main.
  J’ai donc commandé un jeu de micros (3, pour une strat’) chez GFS. Ca ne coûte rien, c’est pas des micros haut de gamme que même Clapton il aimerait, mais ils sonnent étonnament bien.

  Voilà, fin du projet Beta 1.. Une guitare que je n’utilise quasiment pas, mais qui peut dépanner quand des potes viennent malencontreusement sans leur guitare.

  La prochaine utilité de cette guitare sera de servir de support d’entraînement pour fretter. Ca évitera peut-être de foirer ma touche en ébène sur la SG..

Initialement publié le 18.10.2007

Laisser un commentaire

*

code