Chanfreiner le corps 1.5

  Maintenant que le corps est détouré correctement, il est temps de sortir mes autres beaux outils de leur boîte et d’attaquer les chanfreins. Pour ce faire j’utilise un wastringue, une (2, en fait) râpes Surform et un racloir.

  Je ressors mon plan en papier et je trace sur le bois la limite du chanfrein. Je vais les faire pareils dessus et dessous, même si l’originale est assymétrique. Je trouve plus joli.
  Pour la limite sur le côté, je me suis nettement plus amusé, puisque j’ai cherché le point où ça arrivera le plus bas, mesuré, et déduit le reste par l’inclinaison.. Vous suivez?

  Je vais essayer d’être plus clair..
  L’angle du chanfrein est identique sur toute la face. Mais il n’est pas toujours à la même distance du bord. Donc forcément, là où il est le plus éloigné du bord sera également le point où il descend le plus sur le côté.. Bon, cherchez pas, j’me comprends pas non plus..

  J’ai commencé à la râpe, sur ce fameux point qui descend le plus bas. Ensuite j’ai continué de part et d’autre, d’abord au wastringue, puis avec la râpe, en prenant soin de toujours maintenir le même angle entre l’outil et le corps.
  Quand je m’approche du résultat souhaité, je dégaine la dernière arme : le racloir.

  La surface râpée est assez inégale et rugueuse. Avec le racloir, on retire des « micro-copeaux ». La surface devient donc beaucoup plus régulière et bien plus lisse. Il permet également de corriger de petites inégalités, car on ne risque pas de saccager le travail déjà accompli, la quantité de matière enlevée à chaque passage étant très faible.

  Depuis la rédaction de cet article, j’ai repris tous les angles au racloir pour en affiner et égaliser la surface. Je vais probablement encore passer un coup dessus, mais il faut que j’aiguise le racloire d’une autre façon pour avoir un « Micro-Rabot ».

Initialement publié le 28.09.2007

Laisser un commentaire

*

code